Les commissaires de police de la ville de Nantes au xviiie siècle (1720-1792)

Annales de Bretagne et des pays de l'ouest

Article

Auteur : Danet Vincent

Contributeur : Presses Universitaires de Rennes

Edité par Presses universitaires de Rennes ; Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest

Dans la longue histoire de Nantes, l’année 1720 est importante à plus d’un titre. Elle marque l’arrivée à la tête de la municipalité du réformateur Gérard Mellier qui, en une décennie, va modifier le visage de la ville. Elle constitue également la date de naissance d’une véritable organisation policière de l’espace urbain. Venant s’ajouter aux effectifs de la milice bourgeoise et secondés par des archers de ville de création plus ancienne, les commissaires de police constituent jusqu’à la fin de l’ère monarchique le complément nécessaire au maintien de la sûreté publique. Vivant au coeur du peuple dont il a la surveillance, recruté dans l’équivalent d’une classe moyenne et médiocrement rémunéré, le commissaire mène une vie qui, le siècle allant, semble tendre vers davantage de précarité. Une situation que les réclamations en faveur d’un meilleur salaire ou d’une diminution de la charge de travail viennent au mieux illustrer lorsque les titulaires de ces offices municipaux ne cèdent finalement pas au démon d’une prévarication par trop visible.

Consulter en ligne

Chargement des enrichissements...