L’inégalité de traitement des réfugiés politiques en France

Annales de Bretagne et des pays de l'ouest

Article

Auteur : Denéchère Yves

Contributeur : Presses Universitaires de Rennes

Edité par Presses universitaires de Rennes ; Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest

Pendant toute la période contemporaine, des Espagnols ont franchi les Pyrénées afin de se réfugier en France pour des motifs politiques. Juste avant les grands flots de la guerre civile d’Espagne (1936-1939), des réfugiés un peu oubliés par l’historiographie ont également trouvé asile en France. Malgré leur petit nombre, ils sont intéressants à étudier en raison de leur diversité et de la manière dont les autorités françaises les accueillent en fonction de leurs opinions politiques. Fuyant la dictature finissante du début des années trente, les républicains espagnols réfugiés en France sont étroitement surveillés et cantonnés au nord de la Loire. Après la proclamation de la Deuxième République en avril 1931, les monarchistes espagnols qui refusent la démocratie sont en revanche traités avec un certain laxisme. L’attitude des autorités françaises est toute différente vis-à-vis des réfugiés anarchistes de la révolution manquée d’octobre 1934 dans les Asturies. Cette étude spécifique montre que, dans la France des années trente, les conditions d’accueil des réfugiés politiques espagnols – et des autres – sont sélectives, quelle que soit la majorité politique au pouvoir en France.

Consulter en ligne

Chargement des enrichissements...