Château de Kerambourg (Landaul)

Oeuvre architecturale

Contributeur : L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne

Cour enclose avec portail d'entrée avec tour de défense à l'est. Bâtiment au nord en moellon couvert en ardoise, dont la partie est en rez-de-chaussée est occupée par une grange tandis que la partie ouest à usage de logement possède un étage desservi par un escalier en vis en bois. Bâtiment sud en moellon comprenant un logis à l'ouest suivi d'une chapelle à l'est. 1 étage carré, escalier à retours en bois. Corps d'escalier en saillie et ancienne tour d'escalier greffés sur le logis au sud. L'ouest de la cour était fermé par deux corps de logis dont seul subsiste celui du sud, à usage de dépendance à étage ou à double grenier.La seigneurie est mentionnée vers 1300 appartenant à Henry de Kerambourg, cité par Dom Morice. On ne sait comment elle provient ensuite à la famille de Laval qui en 1392, l'aurait vendue à la puissante famille de Ker ou Kaer, signalée dans la réformation de 1427. Cette seigneurie appartenait à la famille de Malestroit depuis le mariage de Marie de Ker avec Jean de Malestroit vers 1350. C'est à cette famille de Malestroit de Ker qui conserve Kerambourg jusqu'au milieu du 17e siècle qu'il faut attribuer la majorité des campagnes de travaux effectuées à Kerambourg. En 1552, Kerambourg devient une vicomté tandis que Ker est élevé au rang de baronnie. A la fin du 16e siècle, les guerres de la Ligue qui sont l'occasion de nombreux troubles dans la région, voient l'occupation et la dévastation du manoir par les ligueurs tandis que René de Malestroit, possesseur du lieu resté fidèle au roi, s'enfuit dans la presqu'île de Rhuys où il meurt vers 1600. Sans postérité, la seigneurie échoit à son neveu, puis la seigneurie est vendue en 1644 à Jean de Robien. On peut attribuer à cette famille la reprise du logis sud. La seigneurie devient propriété de Christophe-Paul de Robien en 1728 par mariage avec sa cousine : bien que ne résidant pas de manière permanente à Kerambourg (il habite le Plessis Ker à Crach), il est sans doute à l'origine du remaniement complet du grand logis dont les ouvertures sur la cour remontent au milieu du 18e siècle, ainsi que de la construction de la chapelle à l'extrémité est : les armes en alliance buchées au-dessus de la porte sont malheureusement illisibles.L'achat du manoir au milieu du 19e siècle par la famille Parmentier entraina de nombreuses modifications intérieures du logis dans la 2e moitié du 19e siècle.La partie la plus ancienne semble les communs au nord occupé en majorité par une grange, et qui remontent au 15e siècle.Le logis sud est construit au 15e siècle dans sa partie la plus ancienne, à l'ouest et complété vers l'est par la chapelle au et au sud aux 17e et 18e siècles, puis remanié au 19e siècle. Le logis ouest qui est construit peu avant 1500 d'après les aveux de cette date, est en ruines en 1840 (plan cadastral), puis reconstruit au milieu du 19e siècle : il était réputé être le logis principal ruiné durant les Guerres de la Ligue, peut-être représenté sur unegravure de Ch.-.P de Robien..Au sud du château, le colombier en ruines a été édifié au 15e siècle.
Auteur(s) du descriptif : Toscer Catherine

Consulter en ligne

Suggestions

Sur la même commune

LEMESTRE Victor, Marie, Étienne |

LEMESTRE Victor, Marie, Étienne

Notice biographique

Né le 23 décembre 1923 à Landaul (Morbihan), exécuté sommairement le 30 mars 1944 à Landaul.

Landaul

Landaul (Morbihan), 30 avril 1944 | Jean-Pierre Husson

Landaul (Morbihan), 30 avril 1944

Notice biographique | Jean-Pierre Husson

Brech

KERVADEC Marie-Louise [née LE LOUER] | Jean-Pierre Husson

KERVADEC Marie-Louise [née LE LOUER]

Notice biographique | Jean-Pierre Husson

Née le 16 octobre 1879 à Landaul (Morbihan), morte le 8 août 1944 à Hennebont ; victime civile.

Saint-Caradec

Chargement des enrichissements...